• img-book

    Isabelle Lagarrigue

ISBN: 1026234050
Catégorie :

C’était un accident

De: Isabelle Lagarrigue

Je m’appelle Prune. J’ai quatorze ans et quatre mois. Je suis hypersensible (il paraît), ROUSSE (je ne peux pas le nier) et accro aux listes (ma VIE). Je suis en internat depuis le mois de septembre (à ma demande) car je ne supportais plus de vivre avec mes parents et mes sœurs jumelles de cinq ans.Je ne le sais pas encore, mais dans quelques jours ma vie va basculer.Pas besoin de s’appeler Einstein pour deviner qu’il y aura un avant et un après et que l’enquête, que je mènerai pour comprendre, m’apportera plus que la vérité. Un roman qui parle d’adolescence, d’amitié virtuelle et IRL*, de confiance en soi, de deuil et…

A propos de ce livre
Je m’appelle Prune. J’ai quatorze ans et quatre mois. Je suis hypersensible (il paraît), ROUSSE (je ne peux pas le nier) et accro aux listes (ma VIE). Je suis en internat depuis le mois de septembre (à ma demande) car je ne supportais plus de vivre avec mes parents et mes sœurs jumelles de cinq ans.Je ne le sais pas encore, mais dans quelques jours ma vie va basculer.Pas besoin de s’appeler Einstein pour deviner qu’il y aura un avant et un après et que l’enquête, que je mènerai pour comprendre, m’apportera plus que la vérité. Un roman qui parle d’adolescence, d’amitié virtuelle et IRL*, de confiance en soi, de deuil et… C’était un accident C’était un accident
Details

ISBN: 1026234050

Isabelle Lagarrigue a eu trente ans il y a déjà quelques années. Après son diplôme de Neoma Rouen et un passage à l’université au Mexique, elle a travaillé dans l’univers de la communication et la stratégie de marque dans de grandes entreprises françaises puis dans l’écosystème des startups. Elle a écrit son premier poème à sept ans sous son casque sèche–cheveux (il était question de renards et de vin blanc…), puis elle a tenu (très) longtemps un journal intime. A l’adolescence, le facteur était la personne la plus importante de sa vie, puisque grâce à lui elle entretenait des relations épistolaires amicales, platoniques ou enflammées « dépêche–toi, petit facteur car l’amour n’attend pas ». Ses premières chroniques à l’adolescence étaient rédigées sous forme de fiches avec deux rubriques phares : « comment j’aurais préféré que ce livre se termine » et « le personnage que je n’aimerais pas être dans la vraie vie ». Isabelle Lagarrigue assouvi pendant des années sa passion pour l’écriture le jour à travers la communication et sa passion pour la lecture la nuit. Il y a cinq ans, elle a re–commencé à écrire des histoires dont son premier roman "C’était un accident".